Les actus

6 mois – n°4 – automne 2012

La revue 6 mois numéro 4 est toujours disponible en librairie.

(c) 6 mois

Le site du magazine de 6 mois

 

100 photos de Steve McCurry pour la liberté de la presse

L’album RSF pour la liberté de la presse avec les photos de Steve McCurry est toujours disponible.100 photos de Steve McCurry pour la liberté de la presse

 

En 1979, vêtu du costume local, Steve McCurry entre clandestinement en Afghanistan, et partage le quotidien des Moudjahidines pendant plusieurs semaines. Lorsqu’il réapparaît, ses rouleaux de pellicules dissimulés dans ses poches cousues donnent des images qui seront publiées partout dans le monde, parmi les premières qui révélèrent ce conflit.

Reporters sans frontières est fière d’ouvrir les pages de son nouvel album à Steve McCurry et de présenter 100 de ses plus belles photographies réalisées en Afghanistan au cours des trente dernières années.

 

©  Reporters sans frontières, 100 photos de Steve McCurry pour la liberté de la presse.

 

Une des photos les plus connues de Steve McCurry :  Portrait de la jeune afghane
Portrait de la jeune afghane © Steve McCurry

C’est la rentrée !

Ca y est, après quelques semaines de trêve estivale (pause longue), le photo-club a ré-ouvert ses portes pour accueillir ses adhérents, anciens et nouveaux. Les membres ont pu se retrouver dans les locaux de l'Orangerie à Châteaugiron.

Programme avril mai juin 2012

Avril

04 avril – Séance technique sur le portrait par Christophe
11 avril – Visionnage de la sortie de Rennes
18 avril – Burkina Faso par Luc et Philippe
25 avril – Thème « les portraits / les regards »

Mai

2 mai – Thèmes « les formes géométriques »
9 mai – « Les couleurs » + visionnage couleur par Christel
16 mai – Technique « Macro » par Dominique

23 mai – Expo 2013 : idées / suggestions/premières photos…
30 mai – « vert, verre, vers », comment auriez-vous traité le sujet du Marathon de Vitré

Juin

6 juin – Sortie photo
13 juin – Thème mensuel : le spectacle
20 juin – BBQ

27 juin – Soirée libre, à définir

 

Expo – « Mouvements » – Musée de la danse

du lundi 5 au samedi 31 mars 2012, 12-18h (fermé les dimanches)
ouverture : lundi 5 mars à 19h, ‘Tableau Vivant’ proposé par Pierre Leguillon à 19h30 (sur réservation – jauge limitée)

 

La photographie fixe le temps, arrête le mouvement. Mais depuis son origine, la captation du passage constitue l’horizon impossible de sa recherche. Quel est le sens d’une image arrêtée de danse ? Qu’est-ce qui l’anime ? Avec cette exposition, trois artistes proposent leurs musées imaginaires de la danse : trois stratégies photographiques pour rendre compte de gestes, d’idées, de processus ou de désirs renvoyant à l’imaginaire chorégraphique.

Musée de la danse / St Melaine
38 rue Saint-Melaine – CS 20831 – 35108 Rennes Cedex 3

http://www.museedeladanse.org/events/photo-tim-etchells-pierre-leguillon-jean-luc-moulene-tino-sehgal

Expo « Ombres déportées » à Chartres de Bretagne

  • « Ombres portées/déportées » Exposition de Christine Barbedet [en résidence à Chartres de Bretagne]
  • Du 15 mars au 21 avril 2012Ombres, matières de sol, captations, mots dans l’air du temps… Traduction sensible d’un état d’art en regard d’un corps social, offerte en monstration pour sortir de l’ombre et donner à écouter, à cœur ouvert, ce télescopage du quotidien, entre le fil de soi et le temps collectif.
  • Vernissage Jeudi 22 mars, à partir de 18h30
  • http://www.galerielecarredart.fr/?page_id=279
  • http://www.galerielecarredart.fr/wp-content/uploads/2012/02/Dossier-de-presse-Christine-Barbedet.pdf
  • www.christine-barbedet.eu

Exposition Photo-Club Chantepie

A chacun son thème, présentée par le club photo Objectif 35135, samedi 24 et dimanche 25 mars, 10 h à 12 h 30 et 14 h à 18 h, à la maison pour tous.

Vernissage le samedi 24 mars à 11h

Entrée libre. Gratuit.

http://objectif35135.free.fr/main/galeries/Expositions/galerie.html pour voir leur expo de l’an passé

Boris Mikhailov à La Criée

De l’avis de Philippe : « Une superbe expo en prévision à Rennes à ne pas rater »…

SALT LAKE

20 janvier 2012 au 11 mars 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

Boris Mikhailov, série ’Salt Lake’, 1986, C-print, 60 x 84 cm, édition de 7 – © Courtesy Galerie Suzanne Tarasiève, Paris

Commissaire de l’exposition : Larys Frogier

Partenariat : Galerie Suzanne Tarasiève, Paris

Du 20 janvier au 11 mars 2012, La Criée présente pour la première fois en France la série Salt Lake du photographe ukrainien Boris Mikhailov. Datant de 1986, cette série de 50 photographies nous transporte dans une Ukraine soviétique au bord de l’implosion, où la douceur de vivre avait pour cadre les berges d’un lac cerné par la pollution industrielle.

Boris Mikhailov est né en Ukraine en 1938. Sa carrière de photographe débute réellement en réaction au régime soviétique qui s’oppose à certains de ses travaux. Ingénieur de formation, il se fait renvoyer de l’usine où il travaillait suite à la découverte par le KGB de clichés de nu qu’il avait pris de son épouse. Dès lors, depuis plus de quarante ans, il se consacre exclusivement à la photographie, documentant la vie et la chute de l’ère soviétique puis les transformations qui l’ont suivie, au travers de portraits humanistes et crus de ses contemporains. Il est aujourd’hui l’un des photographes de l’ex-union soviétique les plus reconnus sur la scène artistique mondiale, représentant de l’Ukraine à la biennale de Venise en 2007 et exposé au MOMA de New York en 2011.

À propos de la série Salt Lake :
En 1986, Boris Mikhailov se rend sur les berges d’un lac au sud de l’Ukraine. Son père, habitant la région dans les années 1920, s’en souvient comme d’un lieu très fréquenté par la population locale, persuadée des vertus thérapeutiques de ses eaux chaudes et salées. Le photographe, curieux de voir si cet endroit existe toujours y découvre que les habitudes n’ont pas changé mais que le lac est désormais cerné par les cheminées d’usines, les entrepôts en briques aux tuyaux de taille industrielle qui y déversent leurs eaux usées. Tout au long de l’année, les familles se rassemblent sur le rivage et vu de l’extérieur, on pourrait croire à un Baden-Baden soviétique.

L’une après l’autre, Boris Mikhailov capture ces scènes étranges, nous donnant à observer une population insouciante se baignant dans ces eaux troubles, indifférente au paysage chaotique alentour. Les hommes trapus et les femmes en bikinis les cheveux attachés par des foulards, se prélassent, semblent profiter allégrement du moment présent. On aperçoit ici des corps étendus bronzant au soleil, là un groupe de femmes discutant joyeusement. Le calme qui se dégage de cette série en devient l’élément pictural et peut évoquer certaines photographies d’Henri Cartier-Bresson prises au moment des premiers congés payés en France ou encore la toile de George Seurat Un dimanche après-midi à l’île de la Grande Jatte.

Salt Lake dépeint une union soviétique méconnue voire secrète et pour cause, cette série ayant été réalisée de manière clandestine, comme beaucoup de travaux de Mikhailov. Un contexte dans lequel la population semble faire fi de son environnement, du moins le tolère surement faute d’alternative, afin de pouvoir profiter d’une liberté même furtive. Ces gens avaient-ils le choix dans leurs lieux de détente, se posaient-ils la question d’un ailleurs meilleur quand le meilleur était peut-être déjà de pouvoir avoir cette liberté ?

Découvrir cette œuvre aujourd’hui nous engage dans un travail de mémoire, similaire peut-être à celui que le photographe a fait, revenant sur les traces de son père. On ne peut s’empêcher de la resituer dans le temps, un an avant la catastrophe de Tchernobyl, trois ans avant l’effondrement du système soviétique. L’Histoire confère à Salt Lake une valeur de témoignage précieux qui démontre la justesse et la permanence du regard que l’artiste porte sur son temps.
« Là, il y a une sorte de jeu où l’ancien et le nouveau se mélangent. […] Ça prolongeait une vieille idée que j’avais eu avant : on est à la fois là et pas là. À la fois on est aujourd’hui, et on est il y a très longtemps. * »

* Boris Mikhailov, I’ve been here once before / J’ai déjà été ici un jour, David Teboul. Édition Hirmer Verlag GmgH, Munich / Édition Les Presses du réel, Paris (2011). Extrait du film Boris Mikhailov, L’Art et la Manière, de David Teboul, ©Arte France – Images et compagnie, coproduit par Suzanne Tarasieve.

En parallèle de l’exposition de Boris Mikhailov à La Criée :

Boris Mikhailov
Tea, Coffee, Cappuccino (2000-2010)

Galerie Suzanne Tarasiève
7, rue Pastourelle – 75003 Paris
14 janvier – 10 mars

Boris Mikhailov
I am not I (1993 – 2002)

Suzanne Tarasiève Paris / LOFT 19
5 Passage de l’Atlas, Villa Marcel Lods – 75019 Paris
13 janvier – 10 mars

 

Exposition Club Acigné – l’humain

Nous avons accueilli récemment quelques membres du club photo d’Acigné.
Ils nous invitent chaleureusement à venir découvrir leur exposition lors du vernissage le  samedi 17 décembre à 11h.
L’exposition a lieu du vendredi 16 décembre au vendredi 6 janvier 2012 : expo du club, salle Annie Brown à Acigné :

Thème principal : « L’Humain ». Une autre partie de l’expo sera libre, consacrée aux thèmes personnels.

 http://cpacigne.free.fr

Exposition Boxe Anglaise

C’est sa première exposition, mais l’affiche est prometteuse !

Pour le compte du Cercle Paul Bert, Guillaume MENANT expose 16 photos suite à un reportage fait en début d’année au gala de boxe anglaise aux Halles Martenot.

Du 5 au 10 décembre 10h à 12h, 13h30 à 16h au Centre A.Savary à Rennes, 4, rue d’Andorre.